Isolation, Déphasage et Inertie

Trois termes qu’il convient de bien assimiler pour définir la structure des murs en fonction du mode de construction, de la région (Climat) et de ce que l’on souhaite obtenir comme confort ou économie d’énergie.

Très souvent débattu dans plusieurs forums, rarement correctement expliqué, un bon résumé a recemment été fourni:  ICI
Je me permet de recopier ici cet excelent résumé.

« Je pense que le flou dans l’esprit des gens vient du fait que l’on mélange isolation, déphasage et inertie thermique dans un même terme fourre tout. Pourtant ces trois notions reflètent des choses très différentes.

Voilà comment on peut décrire les choses, à mon sens :

Isolant (économie d’énergie)
La clef d’un bon isolant est sa conduction thermique. Plus la conduction thermique est basse, moins on gaspille d’énergie l’hiver à chauffer sa maison et à la garder fraîche l’été si on utilise une clim (ouh, le gros mot). J’ai du mal à voir en quoi l’isolation intervient dans le confort de l’habitant, mais je suis preneur d’explication.

déphasage (confort)
La clef d’un bon déphaseur est la conduction thermique k, la capacité calorifique C (l’énergie qu’il faut apporter à 1kg de matériau pour que sa température s’élève de 1°C) et sa masse volumique (sa densité) d selon la loi k/dC, la diffusivité dont parle Yanic. Plus ce rapport est bas, plus le matériau est un bon déphaseur. Mais pourquoi un déphaseur est-il intéressant ?

Si le matériau ne déphase pas – et si on suppose que l’on n’aère pas, que l’on ne chauffe pas – la maison va suivre très vite les variations de température extérieures, donc (trop) chaud dans la journée en été mais très vite plus frais la nuit, et froid en hiver. Un bon déphaseur est utile en été parce qu’il va ‘encaisser’ les variations de température tout au long de la journée et la maison, elle, va rester à un température MOYENNE, c’est à dire un peu plus fraîche que l’extérieur en journée, mais un peu plus chaude que l’extérieur pendant la nuit, toujours en supposant que l’habitant de la maison n’exerce aucune action. Si l’habitant rafraîchit sa maison dans la nuit, là, c’est tout bénef. Par contre, en période de canicule, n’espérez pas garder votre maison fraîche (hors apport de fraîcheur extérieur : puit canadien par exemple), l’intérêt du déphasage se réduit (parce que la différence de température entre jour et nuit se réduit également).

Inertie Thermique
La clef de l’inertie thermique réside dans le produit masse m x capacité calorifique. Il faut de la masse pour emmagasiner la chaleur. On pourrait parler également de réservoir thermique. C’est ni plus ni moins qu’un chauffage d’appoint passif. Pour que ça soit le plus efficace, il faut que la masse soit chauffée par les rayons du soleil (mur derrière une surface vitrée par exemple) mais qu’elle ne soit pas exposée aux frimas nocturnes, histoire que la chaleur restituée le soit uniquement vers la maison. L’inertie dans les murs n’est donc pas forcément la meilleure.

Maintenant, notez qu’une grosse inertie thermique peut avoir des désavantages. Avoir un matériau avec un mxC (densité fois capacité calorifique) très important peut être problématique en hiver : imaginez que vous soyez parti en vacances très longtemps en hiver et que nous n’avez pas eu la possibilité de garder votre maison au chaud. Votre réservoir thermique sera très froid. A votre retour, il va falloir pas mal de temps et d’énergie avant que sa température remonte à un niveau acceptable, temps pendant lequel la sensation d’inconfort sera importante, comme dans le cas d’une maison construite en pierres dont les murs sont froids.

La sensation de confort est, entre autre, lié à la température des murs : il vaut mieux des murs à 19°C et l’air à 12 que l’inverse. Donc, l’inertie thermique est à double tranchant : pour un bien, il faudrait veiller à toujours la garder à une température acceptable. »

Publicités

6 Réponses to “Isolation, Déphasage et Inertie”

  1. fabrice Says:

    Bonjour,
    est-ce qu’il serait possible d’avoir quelques chiffres concernant l’isolation de la maison (R des murs, de la toiture …)qu’est-ce que cela donne avec le futur bardage …
    merci

  2. EricM Says:

    Avec l’ancien Mur, le coef d’isolation était U=0,19 avant bardage. Avec le nouveau mur, je n’ai pas encore fait les calculs mais je pense que l’on doit tourner autour de 0,15… Peut-etre même un peu plus isolant. Part contre, ce que l’on a gagner avec l’isolation exterieur de 10cm de Fibre de bois, c’est une valeur de déphasage beaucoup plus importante.

    • Flavio Says:

      Le déphasage dans un mur très bien isolé n’a pas d’importance. Parce que à cause de l’isolation, la variation de la température interne est de l’ordre de 0.1-0.2 °C…

      • PhL Says:

        Une maison même très bien isolée connait des variations de température importantes si elle a des baies vitrées exposées au soleil. Et justement dans ce cas là, la masse permet de réguler cette variation en absorbant la chaleur au plus chaud de la journée et en la relachant pendant la nuit.

  3. Titus Says:

    Very true, very true.

  4. sam farida Says:

    Bonjour,
    est-ce qu’il serait possible de me fournir la formule pour le calcul du temps du dephasage horaire (lnertie thermique)dans un mur composé. apparament, il faut passé par l équaion de la chaleur; mais comment?
    merci


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :