Neige en Novembre… Noel en Decembre

Encore une fois le dicton sera respecté avec un premier Week-end de neige jusqu’en plaine.

Bon… On en a pas eu tant que cela, juste 2-3 cm, mais juste assez pour apprécier encore et encore le confort et l’isolation des maisons en bois…

Voila. Mon petit coup de pub pour le bois est fait une fois de plus… 😉

Publicités

Bardage et traitements.

De nombreuses personnes m’ont écrit ou demandé avec quoi j’avais traité mon bardage et les raisons de ce choix. Voici donc les références et explications.

Aspect de la construction pour le bardage.
C’est bien joli le bardage en bois, mais si l’on ne veut pas le laisser griser, si l’on veut une façade a peu près homogène et que l’on ne veut pas monter sur une échelle ou monter un échafaudages tous les deux ans il faut le prévoir à la conception de la maison.
– Les débords de toit: Plus ils sont important plus il protègerons le bardage. Nous avons donc choisi entre 1m20 et 1m50 de débord de toit.
– Le bardage sera posé horizontalement: Les lames les plus rapide à s’abimer sont les lames de bardage du bas. Avec un bardage horizontal, on ne change que les lames concernées.
– La pose en clins: C’est celle qui permet le meilleur écoulement de la pluie sans avoir d’introduction d’humidité entre les lames.
– Pour éviter les échafaudages, les façades et toits de la maison ont été conçu pour qu’aucune partie des facades en bardage de la maison soit a plus de 2m50 d’une surface stable pour un appui debout ou avec un petit apareillage (voir photos extérieurs de la maison)

Les lames de bardages
Après moultes tergiversations et près avoir regardé plusieurs essences (Douglas, Red cedar, Meleze, etc.) ou substitut (Funlam, Werzalit, ou autres panneaux etc.), mais aussi le degré de finition (Brut de sciage, Raboté, Poncé) nous avons donc fait notre choix. Ce sera du Mélèze brut de sciage et non traité (Etuvage, Oléothermie, ou autres méthodes de chauffe ou de séchage)
Les deux essences entre lesquelles nous avons hésité sont: Le mélèze et le Red Cedar. Le mélèze est moins beau que le red cedar, mais il tient mieux dans le temps et est moins chère.
Pour la finition le brut de sciage à été préféré au bois raboté pour son aspect plus « brut » plus naturel faisant mieux ressortir les veines du bois.
Les lames de bois reconstitués ou les panneaux ont été abandonnés pour des raisons esthétiques. De loin c’est correct, a moins de 2 metres c’est moche (avis personnel). Comme ce n’est pas pour les voisins que nous construisons mais pour nous qui seront plus souvent sur la terrasse que dans les jardins des voisins, le choix à été vite prit. Dommage car pour l’entretien c’était mieux (a priori)

Le traitement du bardage.
3 solutions: Le peindre (si l’on veut et/ou aime la couleur, mais aussi si c’est imposé par la mairie ), le laisser se griser naturellemen, ou le traiter afin de lui garder son aspect et sa couleur naturel.
Nous avons choisi de le traiter selon la troisième solution, mais en fonçant très légèrement son aspect avec une huile additionné d’un peu de glacis (pigments bruns). Le problème étant de trouver un produit qui m’évite de monter sur une échelle tous les 2 ans. Pour ce faire, les débords de toit seront bien utiles afin de protéger le bardage des intempéries, mais ce ne sera pas suffisant
Dans la mesure ou nous avons fait le choix d’un traitements par un produit d’imprégnation, je n’évoquerais pas les autres categories.
Dans les produits d’imprégnations, il y à 2 types:
– Les huiles naturelles (Huiles de lin la plupart du temps)
– Les produits industriels (Mélange de chimie et d’huile), et la il y a du choix, mais rarement avec des références d’application sur du long terme (environ 10ans)
Le choix:
Le produit que nous avons choisi se rapprocherait plus des produits naturels dans la mesure ou il est composé d’huile de lin et d’huile de poisson (en grande majorité), mais mélangé à d’autres produits plus chimique dont notamment des produits (fongicide) de traitement des bois extérieurs. Ce produit c’est le Pento-Fluid IP un produit développé et commercialisé en Suisse. Le distributeur le plus proche pour nous est à Montreux (80km).
Ce produit à été choisi car nous avons pu voir des maisons ou constructions traités avec ce produit depuis 1998. L’une des maisons que nous avons pu voir avait un bardage traité avec ce produit en 1998 et le traitement (3 couches) n’avait pas été renouvelé. J’ai vu d’autres site dont celui de Carouge à coté de Genève et le résultat est particulièrement probant.
Nous avons également choisi de foncer légèrement le bardage en lui ajoutant un glaci couleur brun-Chevreuil à 15%.

Reference et prix:
Pour les references du produit et des distributeur, voyez directement le site, ou vous trouverez prospectus, fiches techniques et fiches de sécurité (Admis pour bâtiments agricoles et locaux de denrées alimentaires): http://www.pentol.ch/productdetail.asp?code=05&product=121
Pour les références les fiches de quelques maison (ou établissement public) traitées de la même facon que la notre : http://www.pentol.ch/default.asp?code=120103
Et enfin les prix: J’ai acheté le produit en quantité (60 litres) afin de couvrir les 150m2 de bardage avec 3 couches.Pour ceette quantité, le Pento-Fluid IP est endu environ 10€ le litre, ce qui le classe en plus dans les moins chères du marché.
Entre l’huile et le glacis la dépense total (sans l’huile de coude) pour les 150m2 de bardage se monte à 700€.

Normalement la prochaine application sera dans 4-5 ans, voir plus car mes calculs sont je crois un peu pessimiste.

119ème jour: La peinture sans les odeurs

Les peintures des plafonds et murs ont démarré. Après les materiaux de constructions et de revetements en contact avec l’air interieur…
Pour la peinture, le cahier des charges est egalement strict:

Pas de poluants interieur: les COV (Composants Organiques Volatiles ) de toutes sortes comme les benzenes, solvants, Hydrocarbures, benzenes, dérivés de Phenol ou formol , etc.. doivent etre exclus des composants de la peinture… Et la, le parcour du combattant commence car entre les marques qui ne donnent pas les compositions, celles qui dissimules derrière des appelations naturelles et autres pseudo labels pseudo-environnementaux, ce ne fut pas simple de choisir.

Des prix raisonnables: Suite au paragraphe précédent cela devenait carrément une gageure. Heureusement Nouredine (Petit clin d’oeil) et son avance dans la construction (déjà déménagé) est passé par la, et sur ses recommendations, nous avons pu trouver notre bonheur. Pour faire l’ensemble des peintures de la maison avec deux couches de blanc au plafond et murs en diverses couleurs (selon les pieces), l’addition sera raisonnable: Moins de 300€.

Une qualité couvrante: Certaine et un minimum de qualité esthetique (grain, lissage, etc.). La peinture est bien couvrante, et si elle est loin d’être parfaite nos essai au sous-sol furent concluant. Le minimum était respecté et notre santé vaut bien plus que la grosseur du grain ou la capacité a ce « lisser » de la peinture.

Une gamme de teinte offrant du choix et la capacité de facilement retrouver le colori. Pas de soucis de ce coté la, le distributeur a un « robot » melangeur, ou les pigments servant à la fabrication de la couleur sont electroniquement dosés afin de fournir la teinte la plus précise possible selon un échantillonage impressionnant (equivalent au RAL).

finint20.jpgLe choix s’est porté sur une peinture Allemande et distribuée en Suisse sous un label écologique « Oecoplan ». La composition est donnée et correspond en grande partie a tous nos critères. Particulierement recommandé pour les chambres d’enfants et plus généralement pour les chambres, nous avons décidés d’en barbouiller toute la maison.
Aucune odeur a la pose ou après, et un rendu très acceptable sur la première pièce faite. a savoir la cuisine.

Je vous laisse admirer le travail de notre artiste peintre qui à pu enfin mettre « un peu » de couleur dans la cuisine. Pas de deception donc… Si vous avez mal au yeux et pour les réclamations, je vous laisse vous adresser a Madame qui voulait une cuisine rouge. Tous comptes fait, il est moins vif en vrai et heureusement! Je ne deteste pas J’aime bien aussi d’autant plus que la masse rouge sera atténué par les meubles (bas et haut) de la cuisine.

Bois et classification

Il m’était souvent mentionné des termes de type « bardage purgé d’aubier », or l’aubier, qu’est-ce que c’est exactement un recent post m’a aidé a comprendre, je vous le fait partager:

L’AUBIER, c’est par là que la séve brute monte des racines vers le feuillage. Par l’effet de la photosynthèse , cette sève devient « sève élaborée » car chargée en sucres ( 5%).
Elle redescent vers les racines par un autre chemin situé juste sous l’écorce : le LIBER
Entre l’AUBIER et le LIBER se trouve le CAMBIUM , qui sert de générateur de tissus , permettant à l’arbre de grossir.
Donc en partant de l’écorce vers le centre , on a : écorce / Liber / cambium / Aubier / bois (duramen)

Un traitement 100 % d’origine végétale pour le bois

C’est anoncé… annoncé et annoncé, mais ca vient quand?

Pour remplacer les produits toxiques actuellement utilisés pour la protection du bois, l’unité de chimie agro-industrielle de l’INRA, Institut national de la recherche agronomique, a développé un nouveau produit de traitement : l’ASAM. On peut en attendant que cela arrive se documenter sur le procédé… Un petit article du Journal de l’environnement: http://www.actu-environnement.com/ae/news/1563.php4


Liste des espèces de bois

Bardage – Essences et Pose

Une excelente fiche technique sur les essences utilisées pour le bardage des maisons ainsi que les différentes techniques de pose:
Document: Bardage – Fiche technique